Accueil du site - Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI)

Photographe dont les thèmes récurrents de ses photographies étaient sur la pauvreté, l’exil forcé, l’oppression et le courage des femmes dans ces situations.

— ZIBA KAZEMI - IRAN

ZIBA KAZEMI - IRAN

Photographe, défenseure des droits humains

Ziba était une photographe freelance irano-canadienne. Ziba était une photographe freelance irano-canadienne. Les thèmes récurrents de ses photographies portaient sur la pauvreté, l’exil forcé, l’oppression et le courage des femmes dans ces situations. Selon le médecin légiste, a été violé, torturé et tué par des responsables iraniens après son arrestation en Iran. Bien que les autorités iraniennes insistent sur le fait que sa mort soit accidentelle et qu’elle soit décédée d’un accident vasculaire cérébral pendant son interrogatoire, Shahram Azam, ancien médecin du personnel militaire a affirmé avoir observé sur Kazemi , des signes évidents de torture, y compris une fracture du crâne, le nez cassé, des signes de viol et des ecchymoses abdominales graves. Après une répression policière sévère lors d’une manifestation, environ 4000 étudiants « ont disparu » et auraient été arrêtés pour avoir protesté et conduits à la prison d’Evin, le centre de détention des prisonniers politiques de Téhéran. Le 23 juin 2003, Kazemi s’Est rendu à la prison pour prendre des photos des proches de ces étudiants qui se demandaient où se trouvaient leurs fils. Possédant une carte de presse émise par le gouvernement qu’elle a pensé permise pour qu’elle travaille autour de Téhéran, y compris à Evin, elle s’est elle-même fais arrêter par les forces de l’ordre puisque les photographes n’avaient pas le droit de prendre des photos de la prison. Selon le médecin légiste, elle a été violée, torturée et tuée par des responsables iraniens après son arrestation. Bien que les autorités iraniennes insistent sur le fait que sa mort soit accidentelle et qu’elle soit décédée d’un accident vasculaire cérébral pendant son interrogatoire, Shahram Azam, ancien médecin du personnel militaire a affirmé avoir observé sur Kazemi , des signes évidents de torture, y compris une fracture du crâne, le nez cassé, des signes de viol et des ecchymoses abdominales graves.

Après une répression policière sévère lors d’une manifestation, environ 4000 étudiant-e-s « ont disparu » et auraient été arrêtés pour protestation et amenés à la prison d’Evin, le centre de détention des prisonniers politiques de Téhéran. Le 23 juin 2003, Madame Kazemi s’est rendue à la prison pour prendre des photos des proches de ces étudiant-e-s qui se demandaient où se trouvaient leurs fils. Possédant une carte de presse émise par le gouvernement, elle pensait qu’il lui était permis de travailler autour de Téhéran, Evin inclus, elle s’est fait arrêter par les forces de l’ordre puisque les photographes n’avaient pas le droit de prendre des photos de la prison.




Charlotte Umugwaneza, Burundi Losana McGowan - Îles Fidji SONIA GUAJAJARA - BRÉSIL Jo Cox , Angleterre Maria Da Graça Samo - Mozambique Caylah - Madagascar Francela Méndez, El Salvador Simonne Monet-Chartrand - Canada Lalla Moulati Touré - Mali María Ysabel Cedano - Pérou NESTORA SALGADO - MEXICO Rosa Emilia Salamanca Gonzalez - Colombie TARANEH MOUSAVI - IRAN Atena Farghadani, Iran Myriam Merlet - Haïti Maxima Acuña Atalaya - Pérou Maria del Socorro Mosquera - Colombie Shaimaa El-Sabbag - Égypte Eudoxie Bakumba - RDC Vandana Shiva, Inde Pakize Nayir, Fatma Uyar et Sevê Demir - Kurdistan Berta Caceres, Honduras Lesbia Janeth Urquia - Honduras Anne-Marie Coriolan - Haïti Itzel Gonzales - Mexique NEDA AGHA-SOLTAN - IRAN Bahareh Hedayat - Iran Rigoberta Menchú - Guatemala Lucie Kabore - Burkina Faso Joan Kagezi , Ouganda Sabeen Mahmud - Pakistan Manal al-Sharif, Arabie Saoudite Kalpona Akter - Bangladesh Ellen Gabriel - Canada Michèle Taïna Audette - Canada Melissa Mollen Dupuis - Canada Waris Dirie - Somalie Madeleine Parent - Québec Maya Surduts - France Angiza Shinwari - Afghanistan MILAGRO SALA - ARGENTINE Aminata Traoré - Mali Mama Koité Doumbia, Mali Thérèse Clerc - France Djamila Ribeiro - Brésil Viviane Michel - Canada Consuelo Garcia - PERU Marisela Escobedo Ortiz - Mexique Léa Roback - Canada Lorena Cabnal - Guatemala Piedad Moscoso - Équateur CAMILA VALLEJO - CHILI Luz Estella Cifuentes - Colombie MARCELA LAGARDE - MEXIQUE Rosa Parks - États-Unis Mohtarma Benazir-Bhutto, Pakistan Intissar Al-Hasairi, Libye Nadia Vera, Mexique PARVANEH ESKANDARI FOROUHAR -IRAN Léila Gonzalez - Brésil Claudine Chaulet - Algérie Triveni Balkrishna Acharya - Inde Fatoumata Siré Diakité - Mali María Elena Moyano - Pérou


Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI)

L’Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI), est un regroupement de 65 organisations québécoise qui œuvrent, à l’étranger et au Québec, pour un développement durable et humain.

1001, rue Sherbrooke Est, bureau 540
Montréal (Québec) H2L 1L3 CA
514 871-1086
SpacerQui fait quoi en solidarité internationaleRessourcesEmplois et bénévolatÉgalité entre les femmes et les hommesConcertation pour Haïti (CPH)Espace jeunesse Blogue Un seul monde