Bannière JQSI 2017
Mario Alberto Ehrler Machado

Ce qui m’indigne surtout, c’est l’intolérance face aux croyances, aux identités ethniques et culturelles, à l’orientation sexuelle et aux intérêts et travaux de conscience des gens de mon pays, le Honduras.

— Mario Alberto Ehrler Machado

Mario Alberto Ehrler Machado

Impliqué à l’organisation Mer et monde

Ce qui m’indigne

Ce qui m’indigne surtout, c’est l’intolérance face aux croyances, aux identités ethniques et culturelles, à l’orientation sexuelle et aux intérêts et travaux de conscience des gens de mon pays. Le Honduras est, réellement, un pays riche en diversité culturelle et façons d’agir. Mais l’Église contrôle la façon de penser de la plupart des personnes croyantes. De plus, le gouvernement ne fait presque rien pour assurer la sécurité des minorités. C’est la pensée chauviniste et intolérante d’une majorité de la société, surtout envers les femmes, la communauté des gais et lesbiennes et les étrangers, qui fait de nous un peuple du tiers-monde, bien plus que la pauvreté matérielle ou économique qui règne ici.

Pour quelles raisons ?

Parce que l’intolérance face aux croyances diverses nous empêche de profiter d’une plus grande richesse culturelle et d’une diversité des idées. L’intolérance face aux identités ethniques et culturelles transmet au peuple de faux stéréotypes. L’intolérance face à l’orientation sexuelle fait de notre pays un endroit vraiment dangereux pour la communauté LGBT (communauté des lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres). L’intolérance face aux gens qui font des manifestations, créent des petites entreprises ou s’impliquent dans des organisations sociales afin de sensibiliser la population nous empêche de promouvoir la tolérance aux nouvelles générations. Tout cela nous empêche de faire de notre pays un lieu plus « libre-penseur ».

S’engager = provoquer des changements dans notre milieu

Je fais de la recherche d’articles, de publications, d’exemples concrets, afin de voir d’autres pays qui ont vécu ou vivent la même situation d’intolérance et qui, avec un peu d’ouverture d’esprit et moins de pensées discriminantes, ont permis d’améliorer ou d’enrichir leur propre vision face à cette thématique. Cette recherche me permet d’apporter ces nouvelles données dans mes actions quotidiennes pour ma propre culture. Avec ces informations, je parle avec les gens qui sont fermés d’esprit, je dialogue avec eux pour essayer de leur faire voir les avantages de la tolérance. Je publie également des articles et des billets sur ma page Facebook et mon profil à l’université, afin que les gens puissent prendre conscience. Aussi, je m’engage auprès de petites coalitions et de petites organisations qui participent ou organisent des manifestations ou activités de sensibilisation. De plus, je travaille pour l’ONG québécoise Mer et Monde. Cela me permet de connaître la culture canadienne, de partager avec eux, d’apprendre de leurs idées, d’écouter des conseils, mais aussi de partager ma culture, d’enrichir les expériences des stagiaires par ma connaissance du pays. Selon moi, le partage des cultures et des idées est le premier pas vers l’ouverture aux nouvelles façons d’agir et aux nouvelles idées, pour lutter contre l’intolérance qui nous tue.

Causes et implications qui lui tiennent à cœur


Mer et Monde



Hommage



Restez informé-e-s! Inscrivez-vous au eBulletin de l'AQOCI

Ministère des relations internationales (MRI)
Ministère des relations internationales (MRI)
Association québéboises des organismes de coopération internationale (AQOCI)

1001, rue Sherbrooke Est, bureau 540
Montréal (Québec) H2L 1L3
Tél. : 514 871-1086
aqoci@aqoci.qc.ca