Accueil - Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI)

CAMPAGNE ÉLECTORALE

Le rôle du Québec en coopération internationale : les partis politiques prennent position

Communiqué de presse pour diffusion immédiate


Dernier ajout : 24 septembre 2012, par Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI)

CAMPAGNE ÉLECTORALE

Le rôle du Québec en coopération internationale :
les partis politiques prennent position

Montréal, le 30 août 2012 – Dans les derniers jours de la campagne électorale provinciale, l’Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI) – regroupant 65 organisations membres de 13 régions du Québec – a invité les cheffes et les chefs de partis à prendre position sur des enjeux-clés de la coopération internationale.

Dans le contexte actuel de la dégradation des politiques de coopération internationale du gouvernement canadien et la perte des acquis des organismes de coopération internationale (OCI), l’AQOCI a posé les questions suivantes aux partis politiques :

  • Vous engagez-vous à travailler au rapatriement de l’enveloppe de l’aide internationale fédérale (800 millions $) au Québec, afin que cette coopération se fasse en conformité avec les valeurs québécoises ? Si oui, comment ?
  • D’ici la mise en œuvre de ce rapatriement, vous engagez-vous à augmenter graduellement le financement attribué par le ministère des Relations internationales du Québec à la solidarité internationale afin d’appuyer une plus grande autonomie des OCI ?

Voici les réponses, telles que l’AQOCI les a reçues des partis politiques. Elles sont exprimées par ordre alphabétique des partis.

La Coalition avenir Québec (CAQ) a assuré que le parti regarderait « attentivement la situation soulevée [par l’AQOCI] et regarder[ait] une fois l’élection d’un gouvernement de la Coalition s’il y a lieu de négocier avec le gouvernement fédéral concernant l’aide à la coopération internationale ».

Option nationale (ON), pour sa part, a mentionné que « les nombreuses coupures budgétaires au fédéral illustrent bien l’urgence [que le Québec gère lui-même] le financement des projets en coopération internationale ». Selon ON, « ce rapatriement passe bien sûr par l’indépendance du Québec » qui permettrait d’avoir « toute l’enveloppe budgétaire nécessaire pour financer de telles initiatives ».

Le Parti libéral du Québec (PLQ) a affirmé prendre des « mesures pour stabiliser et même bonifier l’enveloppe du Fonds d’aide à l’action humanitaire internationale ». Le PLQ « a pris la décision d’octroyer un montant annuel fixe au lieu d’un pourcentage fixe (1%) des profits nets des casinos de Loto-Québec pour les prochaines années, […] remplissant ainsi [leur] promesse de soutenir la solidarité internationale, à la hauteur de [leurs] moyens ».

Le Parti québécois (PQ) a pour sa part affirmé qu’il exigerait « le rapatriement de la part québécoise du budget de l’Agence canadienne de développement internationale », tout en jetant les bases – en parallèle – « d’une future agence québécoise de coopération et de solidarité internationales », conjointement avec les OCI du Québec. Le PQ étudierait « rapidement les mesures nécessaires afin d’éviter que des organismes soient dans l’obligation de restreindre fortement leurs activités internationales ».

Québec solidaire (QS) a affirmé qu’afin que l’argent versé pour la coopération internationale « soit investi en conformité avec les valeurs québécoises », le parti s’engage « à travailler au rapatriement des 800 millions de dollars que la population québécoise verse au gouvernement fédéral » et à mettre « en place une agence de solidarité internationale », tout en « haussant le financement du secteur communautaire en entier de 350 millions de dollars ».

Denis Labelle, président de l’AQOCI souligne que « l’AQOCI entend travailler en étroite collaboration avec le prochain gouvernement du Québec afin de permettre la pérennité des projets et des relations avec les partenaires du Sud, tout en maintenant des activités d’éducation du public et de sensibilisation aux grands enjeux internationaux ».

L’AQOCI tient à remercier les partis politiques de leur participation et de leur collaboration. Ces enjeux, d’une grande importance pour la population québécoise et la solidarité internationale, méritent sans aucun doute une réflexion des partis politiques et un engagement de leur part.

-30-

Pour information :

Élisabeth Cloutier
Chargée des communications
Association québécoise des organismes
de coopération internationale (AQOCI)
communications@aqoci.qc.ca
514 871-1086, poste 205

LES RÉPONSES REÇUES DES PARTIS POLITIQUES SE TROUVENT EN FICHIERS JOINTS.


Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI)

L’Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI), est un regroupement de 65 organisations québécoise qui œuvrent, à l’étranger et au Québec, pour un développement durable et humain.

1001, rue Sherbrooke Est, bureau 540
Montréal (Québec) H2L 1L3 CA
514 871-1086
SpacerQui fait quoi en solidarité internationaleRessourcesEmplois et bénévolatÉgalité entre les femmes et les hommesConcertation pour Haïti (CPH)Espace jeunesse Blogue Un seul monde Repères - 40 ans de solidarité