Accueil - Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI)

LGBTQI


Dernier ajout : 11 octobre 2017, par Anne Delorme

LGBTQ – Les bonnes pratiques en coopération internationale

Les combats des communautés LGBTQ ont amené à plusieurs avancements, mais il reste que ces communautés sont toujours vulnérables. Le sigle LGBTQ est utilisé pour représenter les gens qui ne sont pas complètement hétérosexuels ou cisgenres. Le sigle LGBTQI signifie Lesbienne, Gai, Bisexuel, Trans, Queer et Intersex. Il existe également d’autres termes qui définissent l’identité ou l’orientation sexuelle d’une personne telle que bispirituel, agenre ou pansexuel. Ainsi, comment peut-on intégrer les enjeux des communautés LGBTQI et les personnes LGBTQI dans la coopération internationale ?

La marginalisation des communautés LGBTQI

La pauvreté des gens est liée aux inégalités qu’ils subissent. Les barrières sociales qui ciblent l’identité et l’orientation sexuelle marginalisent les communautés LGBTQI. Cette marginalisation est préoccupante et elle apporte ses propres défis. Dans certaines régions du monde, les gens ont peur de s’identifier aux communautés LGBTQI dû à la répression des autorités, la loi ou les mœurs. Ainsi, amener la question des droits des personnes LGBTQI peut être difficile devant la stigmatisation qu’ils subissent. Par exemple, dans le cas du secteur de la santé, les enjeux médicaux sont très peu adaptés aux réalités des communautés LGBTQ.

Amener la question des droits des communautés LGBTQI peut être ardue de manière qu’il est plus facile d’inclure les enjeux LGBTQI en sous-objectifs de programmes tels que la lutte au VIH et au SIDA qui permettent de lutter pour l’accès aux soins pour tout individu, peu importe son orientation ou son identité sexuelle. Entre autres, dans les projets de développement, promouvoir la diversité de tout type est une manière indirecte d’inclure l’intégration de toutes les identités et orientations sexuelles. Ils existent également des alliés naturels qui peuvent être un apport aux luttes des communautés LGBTQI tels que les organismes du secteur de la santé ou des droits humains.

La réalité LGBTQ est transversale et elle doit être incluse dans tous les projets et encore plus dans les projets d’orientation sexuelle.

- Bastien Lamontagne, professeur en coopération internationale à l’Université de Montréal


Les bonnes pratiques d’intégration

La question des droits des communautés LGBTQI est également délicate avec les partenaires du sud et peut aussi créer un malaise auprès des employés des organismes de coopération internationale (OCI).

La sensibilisation aux droits des communautés LGBTQI doit commencer tout d’abord par son réseau, c’est-à-dire auprès des employés des OCI, et par la suite avec les partenaires au sud. Dans ce même sens, il faut s’assurer de la protection de ses partenaires qui militent pour les communautés LGBTQI.

Afin de mieux armer les coopérants aux enjeux liés à la question LGBTQI, des formations et des discussions sont importantes. Ils doivent être sensibilisés à la possibilité que des membres de leurs environnements de travail soient des personnes LGBTQI. Les intervenants doivent aussi être outillés pour assurer leur sécurité et pour également prendre en considération les besoins et les intérêts des personnes LGBTQI. De la sorte, une approche intersectionnelle est primordiale pour ne pas avoir d’impact négatif sur les personnes LGBTQI et leurs luttes.

Ressources.


Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI)

L’Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI), est un regroupement de 65 organisations québécoise qui œuvrent, à l’étranger et au Québec, pour un développement durable et humain.

1001, rue Sherbrooke Est, bureau 540
Montréal (Québec) H2L 1L3 CA
514 871-1086
SpacerQui fait quoi en solidarité internationaleRessourcesEmplois et bénévolatÉgalité entre les femmes et les hommesConcertation pour Haïti (CPH)Espace jeunesse Blogue Un seul monde Repères - 40 ans de solidarité