Accueil du site - Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI)

DIRECTEUR, DIRECTRICE - PROGRAMME DES GRANDS LACS


Date limite: 11 janvier 2016 à 17h00
Types d’emploi: Emploi
Lieu de l’emploi: Au Canada

PARTENARIAT AFRIQUE CANADA

Nous annonçons de nouveau ce poste vacant. Les personnes qui ont déjà postulé cet emploi n’ont pas besoin de resoumettre leur candidature.

DIRECTEUR, DIRECTRICE - PROGRAMME DES GRANDS LACS

Poste : Directeur, directrice - Programmes des Grands Lacs
Lieu : Partenariat Afrique Canada, Ottawa
Date limite de réception des candidatures : Lundi le 11 janvier, 2016
Entrevues : Vendredi le 22 janvier, 2016
Date d’entrée en fonction : Dès que possible
Salaire : 81 267$ (ce montant inclut les avantages sociaux)

Partenariat Afrique Canada (PAC) s’intéresse depuis plus de 15 ans à la question de la gouvernance responsable des ressources naturelles en Afrique, conjuguant la recherche de solutions novatrices et l’application fructueuse de ces solutions. PAC a adopté une approche multipartite, travaillant avec des gouvernements, le secteur privé, des partenaires de la société civile ainsi que des organisations internationales et régionales afin de promouvoir la gouvernance responsable des ressources naturelles et le développement durable. Cette approche a engendré la création de cadres législatifs et réglementaires rigoureux pour prévenir les conflits et soutenir la croissance économique et le développement. Pour réaliser ce travail, PAC a collaboré étroitement avec des organisations de la société civile de partout en Afrique ; l’appui de PAC a donné lieu à la création de plusieurs coalitions nationales et régionales.

Mettre en place des chaînes d’approvisionnement de minéraux responsables

L’exploitation violente des ressources naturelles est un problème qui persiste dans la région des Grands Lacs de l’Afrique. Du caoutchouc au cours de la période coloniale à l’étain, au tungstène, au tantale et à l’or aujourd’hui, l’extraction des ressources a alimenté ou entretenu les conflits en République démocratique du Congo et dans les États voisins. Les industries de l’électronique, de l’aérospatiale, de l’automobile et de la joaillerie, et bien d’autres, dépendent des minéraux extraits dans la région des Grands Lacs pour fabriquer leurs produits. En 2010, PAC a tiré parti de son expertise dans le domaine des diamants de conflit et a proposé un mécanisme régional de certification pour les minéraux de conflit aux États de la région des Grands Lacs (CIRGL), qu’ils ont rapidement adopté. PAC a aussi participé à la rédaction du Guide OCDE sur le devoir de diligence pour des chaînes d’approvisionnement responsables en minerais provenant de zones de conflit ou à haut risque. PAC continue aujourd’hui de collaborer avec les gouvernements de la région afin de les aider à mettre en oeuvre la diligence raisonnable et la certification.

L’or est aujourd’hui considéré comme le « minerai de conflit » le plus persistant et possédant le plus de valeur ; en effet, plus de la moitié des mines d’or artisanales dans l’Est de la RDC ont déjà été sous l’emprise illégale des rebelles ou de l’armée. La quasi-totalité de la production d’or de ces mines – 98 % selon les Nations Unies – sort du pays en contrebande, ce qui engendre d’énormes pertes fiscales pour le gouvernement congolais. Les efforts déployés pour intégrer le secteur de l’or artisanal et à petite échelle aux mécanismes d’approvisionnement responsable sont donc un élément essentiel de la prévention d’une marginalisation encore plus poussée des mineurs artisans et de l’accroissement des risques de financement des conflits et de contrebande. Par l’entremise de son programme Or juste, PAC mène un projet pilote de création de chaînes d’approvisionnement libres de conflit et traçables pour l’or artisanal, du site minier à l’affineur. Les mineurs acceptent la vente de leur or par l’entremise de voies légales identifiées et le suivi de leurs ventes en échange d’un accès à de l’assistance technique. La formalisation du secteur artisanal et l’enrichissement communautaire, notamment l’autonomisation économique des femmes, des considérations environnementales et la durabilité, sont le point de mire de ces efforts. On utilise aussi les leçons tirées de ces projets pilotes à l’échelle locale, nationale, régionale et internationale pour s’attaquer aux vecteurs de la contrebande transnationale, y compris les impôts illégaux ou excessifs ainsi que la faiblesse des contrôles douaniers dans les pays importateurs.

Appui à la société civile dans la région des Grands Lacs de l’Afrique

PAC a collaboré étroitement avec la plateforme de la société civile régionale (COSOC-GL), depuis sa création en 2011. Ses membres proviennent de plusieurs provinces de l’Est de la RDC, du Rwanda, de l’Ouganda et du Burundi ; le territoire couvert s’agrandira prochainement. La plate-forme se consacre à contrer l’exploitation illégale des ressources naturelles dans la Région des Grands Lacs. Pour ce faire, elle plaide en faveur de l’adoption et de la mise en oeuvre pleine et entière de la certification des minéraux et du devoir de diligence par les gouvernements et le secteur privé de la région. Depuis 2011, cette plate-forme a renforcé les capacités de ses membres d’assurer la surveillance de l’exercice d’une diligence raisonnable le long de la chaîne d’approvisionnement des minéraux ; elle offre aussi une tribune où les organismes peuvent mettre en commun leurs connaissances, leurs expériences et les leçons apprises.

Dans le cadre d’un soutien plus général à la société civile et comme moyen de sensibiliser directement les décideurs aux préoccupations des collectivités minières locales ainsi que les acteurs de la société civile les plus influents, on fournira aux organismes communautaires locaux, présents sur les sites du projet Or Juste de PAC, une formation au leadership axée sur les droits afin que ces derniers puissent mieux cerner et faire valoir leurs besoins et leurs intérêts. Une plate-forme de la société civile régionale plus forte et élargie de même qu’une capacité accrue des organismes communautaires sur les sites du projet Or juste entraîneront une amélioration du suivi et des rapports sur la certification et la diligence raisonnable, ce qui, en retour, engendrera une augmentation des minéraux obtenus de sources responsables.

Comprendre le genre et l’exploitation minière artisanale à petite échelle (EMAPE)

À l’échelle planétaire et sur le continent africain, l’activité minière prend de l’ampleur tandis que la réglementation relative à l’exploitation minière subit de profonds changements en raison de l’intérêt qu’y portent les gouvernements et les bailleurs de fonds ainsi que de la demande des consommateurs pour des minéraux et des produits électroniques « libres de conflit ». Les femmes sont présentes en grand nombre dans les zones d’exploitation minière artisanale ; or, on ne sait que peu de choses sur leurs pratiques pour assurer leur subsistance et sur les répercussions de l’accroissement de l’activité minière et d’une réglementation plus rigoureuse. PAC et plusieurs partenaires ont commencé à étudier les rôles économiques des femmes et leurs pratiques en matière de moyens de subsistance dans l’exploitation artisanale et à petite échelle de l’étain, du tantale, du tungstène et de l’or, quatre minéraux qui sont en forte demande et sujets à un éventail de plus en plus large de règlements internationaux et nationaux. La recherche se concentre sur trois pays qui sont au coeur de la production des minéraux en Afrique centrale et qui en sont à diverses étapes de la mise en oeuvre de vastes réformes portant sur l’EMAPE et l’égalité des sexes : la République démocratique du Congo, l’Ouganda et le Rwanda. La prochaine phase des travaux de PAC relatifs au genre comprendra l’élaboration et l’exécution de toute une gamme de stratégies visant à favoriser la sécurité et l’autonomisation économique des femmes dans le secteur artisanal, sur les sites du projet Or juste et dans l’ensemble de la région.

Directeur, directrice - Programme des Grands Lacs

Ce poste en est un de niveau supérieur ; PAC et à la recherche d’une personne qui possède une expérience considérable et qui sera capable d’assumer d’entrée de jeu un vaste éventail de responsabilités. Le directeur, la directrice du programme des Grands Lacs exécutera les tâches suivantes en collaboration étroite avec d’autres membres du personnel de PAC et des experts techniques au Canada et à l’étranger.

  • Gérer le Programme des Grands Lacs de PAC – ses projets, son personnel et ses contractuels, et ses budgets :
  • Assurer la liaison avec des représentants de la société civile, des gouvernements et du secteur privé pour s’assurer qu’ils appuient le programme des Grands Lacs de PAC et ses objectifs.
  • Collaborer étroitement avec la CIRGL, ses États membres et d’autres organisations internationales.
  • Diriger les efforts déployés par PAC en matière de politiques et de plaidoyer afin de rompre les liens entre les conflits armés et le commerce des minéraux de grande valeur provenant de la région des Grands Lacs.
  • Diriger les efforts déployés par PAC en matière de politiques et de plaidoyer afin d’intégrer le genre dans toutes les dimensions du programme des Grands Lacs de PAC.
  • Élaborer des activités de recherche et de projet ayant trait au programme des Grands Lacs.
  • Assurer les relations avec les médias et prononcer des allocutions.
  • Maintenir des relations avec les bailleurs de fonds, notamment en préparant des propositions de financement et des comptes rendus.

Les candidates et les candidats sont invités à démontrer clairement dans leur proposition de candidature de quelle façon elles ou ils satisfont aux exigences du poste. La candidate ou le candidat retenu devrait idéalement posséder les qualifications, l’expérience et les compétences suivantes :

  • un diplôme universitaire (maîtrise ou expérience de travail équivalente) dans un domaine pertinent ;
  • au moins cinq années d’expérience de travail pertinente, comprenant la gestion de projets, de préférence en Afrique ;
  • une bonne compréhension des questions relatives aux droits de la personne et aux conflits en Afrique, à la transparence et à la reddition de comptes dans le secteur de l’extraction, et à la responsabilité sociale des entreprises ;
  • une expérience de travail au niveau des politiques et des campagnes à une échelle nationale ou internationale ;
  • une expérience du suivi et de l’évaluation (par exemple des études de référence, l’identification des indicateurs etc.) ;
  • une expérience en représentation publique, y compris auprès des médias ;
  • écrire et parler couramment le français et l’anglais ;
  • la capacité de gérer une charge de travail complexe et de respecter les délais avec un minimum de supervision ;
  • la capacité de travailler en équipe ;
  • la capacité de voyager à l’étranger, peut-être fréquemment, y compris dans des milieux exigeants.

Le siège de PAC est situé à Ottawa. Les candidats/candidates doivent posséder la citoyenneté canadienne, ou avoir le statut de résident permanent au Canada.

Pour poser votre candidature

Veuillez faire parvenir par courriel à jobs@pacweb.org :

  • Une lettre d’accompagnement expliquant votre intérêt pour le post adressée au Partenariat Afrique Canada.

La date limite pour le dépôt des candidatures est lundi le 11 janvier, 2016. Les entrevues se dérouleront à Ottawa vendredi le 22 janvier 2016. On demandera à la personne choisie d’entrer en fonction dès que possible.


Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI)

L’Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI), est un regroupement de 65 organisations québécoise qui œuvrent, à l’étranger et au Québec, pour un développement durable et humain.

1001, rue Sherbrooke Est, bureau 540
Montréal (Québec) H2L 1L3 CA
514 871-1086
SpacerQui fait quoi en solidarité internationaleRessourcesEmplois et bénévolatÉgalité entre les femmes et les hommesConcertation pour Haïti (CPH)Espace jeunesse Blogue Un seul monde