Accueil du site - Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI)

Bulletin spécial du CQFD : Sommet sur la santé maternelle


Dernier ajout : 5 février 2015, par Anne Delorme

Au Sommet sur la santé maternelle, en mai 2014, le gouvernement conservateur a promis une somme additionnelle de 3,5 milliards dans le cadre de l’initiative du premier ministre en santé maternelle, néonatale et infantile. L’Initiative de Muskoka a pour but de mobiliser les efforts internationaux afin de réduire la mortalité maternelle et d’améliorer la santé des mères et des enfants dans les pays les plus pauvres du monde (Afghanistan, Bangladesh, Éthiopie, Haïti, Malawi, Mali, Mozambique, Nigéria, Soudan, et la Tanzanie). Le Canada a axé ses programmes sur trois grands volets : renforcement des systèmes de santé, réduction du fardeau des maladies, amélioration de la nutrition.

Personne ne peut nier l’importance de réduire les taux de mortalité maternelle et infantile et nous nous réjouissons du leadership que démontre le Canada à cet égard. Le nombre de femmes qui meurent chaque année pendant leur grossesse ou leur accouchement a chuté considérablement, passant de 523.000 décès en 1990 à 289.000 décès en 2013. Le nombre global de décès chez les enfants de moins de cinq ans a lui aussi diminué considérablement, chutant de 12 millions de décès en 1990 à 6,6 millions en 2012. Par contre, le programme « Sauvons chaque femme et chaque enfant », ainsi que le Sommet à Toronto s’est attiré des critiques.

Sommet exclusif et axé sur le secteur privé

Plusieurs membres de la société civile ont été exclus du Sommet, même certains OCI qui reçoivent un appui financier de l’initiative et particulièrement ceux qui auraient pu se montrer critiques des politiques du gouvernement. La participation des OCI a-t-elle été limitée pour céder sa place au secteur privé ? Le gouvernement favorise l’implication du secteur privé qui pourrait débloquer leurs amples ressources pour accomplir les gains supplémentaires nécessaires en matière de santé maternelle et juvénile. Il privilégie les partenariats entre les OCI et le secteur privé, comme celui de la GAVI Alliance avec l’industrie pharmaceutique, qui reçoit 50 millions $ du Canada pour offrir des vaccins contre la diarrhée et la pneumonie. Cet appui est octroyé alors que les OCI souffrent des coupures faites au financement de l’aide étrangère, alors qu’ils cumulent des décennies d’expertise en coopération internationale, des partenariats de confiance sur le terrain ainsi qu’une neutralité et une légitimité à remplir le mandat en tant qu’organismes à but non lucratif.

Absence d’une approche basée sur les droits humains et absence des droits reproductifs de la femme

Une approche technique à la santé maternelle conduit à des solutions techniques. Les vaccins et la santé prénatale sont des interventions bonnes et nécessaires, mais ces solutions ne s’attaquent pas aux conditions qui conduisent à la nécessité de ces interventions médicales. Une approche basée sur les droits se concentre sur les causes sous-jacentes : la pauvreté et les inégalités. L’approche doit comprendre une lutte à la discrimination, la subordination et à la violence auquelles font face les femmes et les filles partout dans le monde. Et finalement, il est impossible d’avoir santé maternelle sans santé reproductive, qui doit inclure la contraception et la planification familiale ainsi que l’accès à des avortements sûrs et légaux.


Déclaration de Toronto : Envoi du site Web du Premier ministre (http://www.pm.gc.ca/)

Radio Canada : Sommet sur la santé maternelle : Ottawa mise sur le secteur privé Le Devoir : http://www.ledevoir.com/politique/c... Huffington Post : http://quebec.huffingtonpost.ca/201... Diffusé en Directe : http://mnch.international.gc.ca/ind... http://www.ledevoir.com/politique/c... http://www.lapresse.ca/le-soleil/op... En anglais : http://www.amnesty.ca/blog/promotin... Accountability in Canada’s Muskoka Initiative questioned by Paul C Webster


Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI)

L’Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI), est un regroupement de 65 organisations québécoise qui œuvrent, à l’étranger et au Québec, pour un développement durable et humain.

1001, rue Sherbrooke Est, bureau 540
Montréal (Québec) H2L 1L3 CA
514 871-1086
SpacerQui fait quoi en solidarité internationaleRessourcesEmplois et bénévolatÉgalité entre les femmes et les hommesConcertation pour Haïti (CPH)Espace jeunesse Blogue Un seul monde