Bannière JQSI 2017
Bruce Katz et Marie Labonté

Notre mouvement, un groupe de protestation dirigé contre l’attitude de l’État d’Israël dans le conflit qui l’oppose aux Palestiniens, n’est pas composé d’un groupe d’idéologues mais de citoyens conscients et pragmatiques..

— Bruce Katz et Marie Labonté

Bruce Katz et Marie Labonté

Parcours de Bruce Katz

Bruce Katz est un Québécois de foi juive. Il est cofondateur de l’organisation Palestiniens et Juifs unis (PAJU), avec son ami d’origine palestinienne Rezeq Faraj (décédé en octobre 2009). L’amitié entre les deux hommes et leur respect mutuel est à la base de l’organisation qui, à l’origine, voulait offrir un autre point de vue sur la question israélo-palestinienne. Selon eux, ce conflit n’en est pas un de religion, mais le conflit d’un peuple assujetti par une société colonisatrice, essentiellement d’origine européenne. Au moment de la deuxième Intifada, en 2000, les scènes d’horreur transmises à la télévision soulèvent l’indignation des deux hommes qui décident d’aller de l’avant avec leur projet : PAJU est fondé en novembre 2000. Rapidement, cette organisation s’impose comme un contrepoids face à la désinformation sioniste sur la question israélo-palestinienne et comme le visage déterminé de la lutte pacifiste dans ce conflit, avec ses vigiles, qui ont lieu à Montréal depuis plus de 10 ans, en faisant ainsi la vigile la plus longue et la plus soutenue qui ait jamais existé au Canada.

Bruce Katz est aussi un membre fondateur de l’ONG canadien, le CCCCH (Comité Canadien pour Combattre les Crimes Contre l’Humanité), une organisation vouée à l’instauration du principe des crimes économiques en loi internationale.

Parcours de Marie Labonté

Marie Labonté a un parcours différent de Brutz Katz mais elle est animée par le même courage et la même capacité à s’indigner et à agir. Politologue, Marie Labonté est une militante avisée et une passionnée du monde arabe. A sa manière, elle lutte également contre la désinformation de la part des médias de masse qui, selon elle, encourage la confusion entre antisionisme et antisémitisme. Féministe, Marie Labonté est contre toute forme d’oppression et de son point de vue, critiquer Israël, ce n’est pas de l’antisémitisme car il s’agit de critiquer un État.

Active au sein de la Coalition pour la justice et la paix en Palestine (CJPP), Marie appuie les revendications de la société civile palestinienne lors de l’appel international au boycott mondial contre les souliers et produits israéliens, une action appuyée par le PAJU et la CJPP. Cette campagne dure depuis plus de 6 ans et Marie Labonté s’y investit pleinement. Pour appuyer la justice et la reconnaissance des droits fondamentaux des Palestiniens, Marie incite les gens à réfléchir avant de consommer et à boycotter tous les produits israéliens comme le vin israélien
vendu à la SAQ. « A l’époque, René Lévesque, qui était Premier Ministre du Québec, avait ordonné à la SAQ de cesser de vendre des vins sud-africains. » La jeune femme déplore le fait que ce courage moral est rare au sein des élus mais elle reste optimiste envers la sagesse et le courage de la société civile à imposer des changements.

Quelques causes et implications qui leur tiennent à cœur

Pour joindre la Vigile hebdomadaire
PAJU
Coalition pour la justice et la paix en Palestine (CJPP)
Comité Canadien pour Combattre les Crimes Contre l’Humanité



Hommage



Restez informé-e-s! Inscrivez-vous au eBulletin de l'AQOCI

Ministère des relations internationales (MRI)
Ministère des relations internationales (MRI)
Association québéboises des organismes de coopération internationale (AQOCI)

1001, rue Sherbrooke Est, bureau 540
Montréal (Québec) H2L 1L3
Tél. : 514 871-1086
aqoci@aqoci.qc.ca