Bannière JQSI 2017
Assita  Ouédraogo

« Je suis Assita de l’Union des étuveuses de riz au Burkina Faso qui permet à 600 femmes de mieux vivre en travaillant collectivement. »

— Assita Ouédraogo

Assita Ouédraogo

« Je suis membre de l’Union des Étuveuses de Riz de Bama, au Burkina Faso. J’ai 46 ans et je suis mère de deux grandes filles. Je suis Secrétaire Générale de mon groupement de base du quartier Sidiwaya à Bama, et première responsable du Comité Équipement de notre Union.

Nous sommes plus de 600 femmes regroupées démocratiquement pour transformer et commercialiser le riz étuvé. Le riz étuvé est précuit avant d’être décortiqué. Il a une plus grande valeur nutritive et se brise moins lors du décorticage. Les femmes de la région pratiquent l’étuvage depuis de nombreuses années. Surtout depuis le désengagement de l’état dans la filière riz. Les femmes ont alors étuvé le riz de leur mari pour le revendre au marché à différents commerçants ; elles ont sauvé la filière !

À cette époque, Yves Yersin, un volontaire du CECI, est venu à notre rencontre et nous a encouragé à former des groupements pour travailler collectivement. Nous n’avions pas le courage de nous rencontrer et de nous organiser. Mais avec l’aide de la coopérative de producteurs, de l’Interprofession du riz et du CECI, nous avons fondé nos groupements et ensuite notre Union. Un doigt seul ne peut ramasser de la farine, mais en groupe cela devient possible. En 2008, grâce à de jeunes ingénieurs de Sherbrooke nous avons construit notre propre centre d’étuvage, le premier au Burkina Faso. Aujourd’hui, nous arrivons à vendre plus de 500 tonnes de riz annuellement !

Sur le plan personnel, j’étuve 5 fois plus de riz qu’avant la fondation de notre Union. La vente est maintenant plus facile. Je peux aider mon mari pour la scolarité des enfants, pour les médicaments et parfois, je lui donne même de l’argent pour la popotte ! Si je veux m’acheter des vêtements ou si je dois me soigner, je n’ai plus besoin de l’approbation de mon mari, je suis autonome !

Nous souhaitons que les Canadiens et Canadiennes continuent de nous visiter. Quand tu as mis un enfant au monde, il faut le cajoler ! Merci au CECI et aux autres partenaires pour la construction de notre centre où l’on peut travailler et se regrouper. »

Pour en savoir plus sur le Centre d’études et de coopération internationale (CECI) : http://www.ceci.ca/fr/

Crédit photo : Éric St-Pierre







Restez informé-e-s! Inscrivez-vous au eBulletin de l'AQOCI

Ministère des relations internationales (MRI)
Ministère des relations internationales (MRI)
Association québéboises des organismes de coopération internationale (AQOCI)

1001, rue Sherbrooke Est, bureau 540
Montréal (Québec) H2L 1L3
Tél. : 514 871-1086
aqoci@aqoci.qc.ca