Accueil du site - Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI)

Appui à la reconnaissance légale et au fonctionnement des coopératives scolaires de l’Artibonite


Date limite: 15 avril 2016 à 17h00
Offert par PCV
Types d’emploi: Volontariat/CoopérantE
Lieu de l’emploi: À l’étranger
PROGRAMME de COOPÉRATION VOLONTAIRE (PCV) - HAÏTI APPUI à la GOUVERNANCE, à l’ÉDUCATION et au DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

Le Programme de coopération volontaire (PCV) est géré par un consortium de quatre organisations non-gouvernementales (ONG) du Canada, qui, sous le leadership du CECI, offre un programme d’assistance technique et de solidarité fondé sur la coopération volontaire. Ce programme, financé par le Ministère des Affaires Mondiales Canada (AMC), est mis en œuvre par des ONG très expérimentées dans le recrutement et l’envoi de volontaires internationaux. Il s’agit du CECI (Centre canadien d’Étude et de Coopération Internationale), actif en Haïti depuis quarante ans en développement rural et en appui à la société civile ; de l’EUMC (Entraide Universitaire Mondiale du Canada), reconnue dans le secteur de la formation professionnelle et technique et du renforcement institutionnel ; de la FPGL (Fondation Paul Gérin-Lajoie), très impliquée en éducation fondamentale en Haïti et de SACO (Service d’Assistance Canadienne aux Organisations), spécialisé dans l’appui aux entreprises et à l’administration publique.

DÉFINITION DU MANDAT

Titre du plan d’intervention :

Appui aux partenaires dans leurs démarches d’obtention de la reconnaissance légale des coopératives scolaires en activité dans l’Artibonite - Numéro 389

Partenaires haïtiens

Le Ministère de l’Éducation Nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) – La Direction Générale, (DG), la Direction de l’Enseignement Fondamental(DEF), la Direction de l’Appui à l’Enseignement Privé et du Partenariat (DAEPP) et la Direction Départementale de l’Éducation en Artibonite (DDEA)

Poste du conseiller ou de la conseillère

Appui à la reconnaissance légale et au fonctionnement des coopératives scolaires de l’Artibonite

Composante

Éducation Fondamentale

Contexte et problématique dans lesquels s’inscrit le mandat en lien avec le Plan d’intervention

Afin de faciliter l’entrée des élèves à l’école fondamentale, dès le premier jour de la rentrée scolaire, il a été mis en place depuis 2010 des coopératives scolaires aux Gonaïves pour aider les parents à payer l’écolage et quelques dépenses relatives à la rentrée scolaire : uniforme, souliers, manuels, cahiers d’activités, autres. On dénombre maintenant plus de 20 coopératives dans les 5 ÉFACAP de l’Artibonite. Tous les membres de la communauté éducative d’une école peuvent faire partie de la coopérative scolaire et chaque coopérative met en place une ou des activités génératrices de revenus. Le nombre de membres jeunes et adultes est évalué à plus de 1 000 épargnantes et épargnants et le bilan financier dans 10 des coopératives les plus avancées varie de 1 000 à 400 000 gourdes.

Cependant, un vide juridique subsiste quant à la reconnaissance légale de ces coopératives scolaires. Il existe un Arrêté en date du 17 septembre 1973 portant sur la création des Coopératives Scolaires dans l’enseignement primaire public qui apporte des précisions sur la formation et la gestion des coopératives scolaires. Cet Arrêté n’aurait toutefois pas force de loi. Le Directeur Général du MENFP a demandé à un de ses collaborateurs de faire les démarches nécessaires pour clarifier cette situation et élaborer un document-cadre pour tous les établissements scolaires désireux de mettre en place une coopérative. Le Conseil National des Coopératives (CNC), qui a été consulté, a proposé au ministère de faire parvenir une demande de collaboration entre les deux organismes. Quant au PCV, il veut rapidement que toute coopérative scolaire soit conforme aux lois et règlements en vigueur et reconnue légalement.

Le Ministère de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle (MENFP) démontre un intérêt soutenu pour la mise en place de coopératives scolaires dans toutes les écoles publiques et non-publiques. À la Direction Générale, à la Direction de l’Enseignement Fondamental (DEF) et à la Direction de l’Appui aux Établissements Privés et du Partenariat (DAEPP), les Directeurs suivent avec intérêt ce projet appuyé par le PCV. D’ailleurs, un mandat s’est déroulé à l’hiver 2016 et a permis, entre autres, d’informer la Direction Départementale de l’Éducation en Artibonite (DDEA) et le MENFP sur la situation actuelle des coopératives. Une équipe de multiplicateurs composée actuellement de 7 personnes a été mise en place et celles-ci ont commencé une formation afin de devenir les formateurs de formateurs sur demande pour les écoles qui feront la demande d’appui du ministère pour la mise en place d’une coopérative scolaire.

Maintenant, le MENFP doit collaborer avec le Conseil National des Coopératives (CNC) afin de valider les outils utilisés par les coopératives de l’Artibonite, notamment les documents relatifs à la mission, aux statuts et règlements et à la gestion comptable et financière. Il faut aussi un accompagnement à la DDEA qui devra encadrer les coopératives scolaires de l’Artibonite et les appuyer dans leurs démarches en vue d’obtenir la reconnaissance légale de chacune des coopératives scolaires mises en place. Enfin, un appui est désiré pour s’assurer que des audits financiers internes et externes se tiendront annuellement pour chaque coopérative.

D’autres partenariats nationaux et internationaux devront aussi être explorés et mis en place pour assurer une pérennité et une gestion transparente des coopératives, et ce, au-delà du PCV qui se termine le 30 septembre 2016.

Activités générales

En poste à Port-au-Prince en Haïti, sous la supervision de la coordonnatrice régionale de l’Ouest, la conseillère ou le conseiller volontaire (CV) fournira aux personnes désignées du MENFP et de la DDEA un appui pour entreprendre toutes les démarches nécessaires pour la reconnaissance légale des coopératives scolaires.

La personne retenue devra soumettre un plan de travaildes rapports d’étapes, les outils mis en place et les modules de formation homologués et accrédités, s’il y a lieu, ainsi qu’un rapport de fin d’affectation.

Activités spécifiques

De façon particulière, le mandat consiste à  :

  • Rencontrer les responsables de la DDEA et les 5 directions des EFACAP pour avoir un portrait de la situation des coopératives et obtenir les documents utilisés à ce jour pour leur mise en place.
  • Planifier des rencontres entre les responsables du MENFP, de la DDEA et le CNC pour déterminer les étapes à suivre pour l’obtention de la reconnaissance légale des coopératives scolaires
  • Réviser la mission, les statuts et règlements et autres documents utilisés à ce jour pour les rendre conformes aux normes haïtiennes sur les coopératives
  • Appuyer la DDEA et chacune des coopératives fonctionnelles dans l’Artibonite pour l’obtention de leur reconnaissance légale
  • Suite à la révision et à la validation des documents auprès de la CNC, appuyer les coopératives pour rendre leurs pratiques conformes aux normes et lois qui régissent les coopératives
  • Informer la DDEA du processus de reconnaissance légale et clarifier son rôle. Renforcer les capacités de la DDEA pour appuyer le processus de reconnaissance de toutes nouvelles coopératives scolaires qui respecteront les normes en la matière.
  • Établir les responsabilités du MENFP, de la DDEA et du CNC dans le suivi des coopératives scolaires (ex. Audits financiers externes) et développer au besoin des partenariats avec d’autres institutions et des outils pour assurer ce type de suivi
  • Poursuivre la formation des membres de l’équipe de multiplicateurs mises en place au MENFP et déterminer le rôle qu’ils joueront dans la mise en place et l’accompagnement des coopératives scolaires dans d’autres départements. Résultats attendus du mandat

Le mandat vise l’atteinte des résultats suivants  :

  • Les rôles du MENFP, de l’équipe de multiplicateurs formée des différentes directions de ce ministère, de la DDEA, des directions d’EFACAP et de la CNC sont clarifiés quant à l’encadrement des coopératives scolaires
  • Les coopératives scolaires de l’Artibonite sont reconnues légalement ou en voie de l’être.
  • Le fonctionnement des coopératives scolaires est conforme aux normes en vigueur
  • Les mécanismes de suivi du fonctionnement des coopératives sont en place (ex. Audit financier et al)

Résultats de programmation

Immédiat :

  • Les partenaires du MENFP, de la DDEA et des ÉFACAP de l’Artibonite améliorent leurs capacités de gestion, de programmation et de coordination des coopératives scolaires.

Intermédiaire :

  • Les partenaires du MENFP, de la DDEA et des ÉFACAP appliquent les notions de gestion, de programmation et de coordination des coopératives scolaires acquises.

Résultats visés en lien avec la stratégie ÉFH

Valoriser l’égalité entre les hommes et les femmes et prendre en compte cette dimension ÉFH dans la planification et l’organisation des activités au sein du MENFP.

  • Des femmes sont consultées et impliquées activement dans la réalisation des activités lors du mandat
  • Le personnel du MENFP/DDEA et des ÉFACAP ont une sensibilisation accrue de la dimension ÉFH dans la formation des équipes de travail
  • Des femmes s’impliquent activement au sein des coopératives scolaires et des mesures sont prises pour faciliter leur participation (ex. heures de rencontres, gardiennage des enfants, etc.)

Résultats visés en lien avec la stratégie environnementale

  • Des personnes ciblées (h/f) sont sensibilisées en protection de l’environnement
  • Des efforts quotidiens et des actions concrètes seront intégrés aux activités du présent mandat en lien avec la question environnementale : adoption des comportements responsables comme l’impression recto-verso, quand cela est nécessaire, utilisation de verres et d’assiettes recyclables, la fermeture de l’éclairage, de la climatisation et des appareils informatiques dans les bureaux en fin de journée, etc.

Profil de qualification

Formation universitaire dans un domaine pertinent (administration, gestion des coopératives, droit).
Connaissances et expérience en matière de gestion et d’appui au développement de coopératives comme prérequis
Connaissance des lois haïtiennes et des acteurs clés dans le domaine des coopératives
Connaissance du système éducatif haïtien au niveau fondamental comme atout.

Compétences requises La conseillère ou le conseiller volontaire doit avoir  :

  • une facilité d’adaptation dans un contexte culturel différent et parfois difficile de l’autonomie dans l’organisation de son travail
  • une bonne capacité d’animation de groupes de travail
  • de la patience, de la flexibilité et une grande ouverture d’esprit
  • une habileté à travailler en équipe
  • une bonne capacité à rédiger et à communiquer dans un français de très bonne qualité
  • La connaissance du créole est un atout Lieu d’affectation

Le ou la CV sera hébergé(e) dans le guest de Port-au-Prince avec des possibilités de déplacements en Artibonite, si jugés pertinents par la Coordonnatrice Régionale de l’Ouest.

Durée de l’affectation 3,5 mois
Date de séjour 2 mai 2016 au 16 août 2016
Type d’affectation Court terme Nord-Sud

Informations complémentaires

Le MNEFP a subi des dégâts matériels majeurs lors du tremblement de terre de janvier 2010. Il y a eu des pertes de vie et des traumatismes psychologiques qui affectent le personnel et les proches des victimes. La reconstruction oblige le déménagement et la relocalisation de plusieurs directions techniques dans 3 lieux différents ce qui entraînera inévitablement des problèmes de circulation et de communication à différents niveaux.

Vis-à-vis  : Monsieur Renold Telfort, DG, Madame, Nadine Henry, Directrice à l’Enseignement Fondamental, Monsieur Volvik Germain Charles, Directeur à l’Appui aux Établissements Privés et Partenariat.

Pour postuler

Les personnes désirant appliquer sur ce poste doivent faire parvenir leur curriculum vitae accompagné d’une lettre de motivation à l’attention de Lydia Halley Soucy (lhsoucy@fondationpgl.ca) par courriel d’ici le 15 avril 2016 en spécifiant le numéro du mandat.

Seules les personnes retenues pour une entrevue seront contactées.


Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI)

L’Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI), est un regroupement de 65 organisations québécoise qui œuvrent, à l’étranger et au Québec, pour un développement durable et humain.

1001, rue Sherbrooke Est, bureau 540
Montréal (Québec) H2L 1L3 CA
514 871-1086
SpacerQui fait quoi en solidarité internationaleRessourcesEmplois et bénévolatÉgalité entre les femmes et les hommesConcertation pour Haïti (CPH)Espace jeunesse Blogue Un seul monde