Accueil - Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI)

215 millions d’enfants sont toujours contraints de travailler, soit 1/7 dans le monde


Dernier ajout : 14 mai 2013

Journée mondiale contre le travail des enfants, 12 juin 2013


215 millions d’enfants sont toujours contraints de travailler, soit 1/7 dans le monde


La Journée mondiale contre le travail des enfants promeut la prise de conscience et les actions pour combattre le travail des enfants.
Qu’est-ce le travail des enfants ?



Toutes les tâches exécutées par les enfants ou les adolescents ne tombent pas forcément sous la dénomination de travail des enfants qui lui doit être éliminé. Les tâches qui se limitent à aider les parents à la maison, dans l’entreprise familiale sous certaines conditions, gagner un peu d’argent de poche en dehors des heures de cours ou pendant les vacances scolaires ne sont pas considérées en tant que telles comme des tâches relevant du travail des enfants.

Par contre, le concept « travail des enfants » regroupe l’ensemble des activités qui privent les enfants de leur enfance, de leur potentiel et de leur dignité, et nuisent à leur scolarité, santé, développement physique et mental.

Il fait référence à des travaux :

  • dangereux pour la santé et le développement physique, social ou mental des enfants ;
  • qui compromettent leur éducation :
  • en les privant de toute scolarisation ;
  • en les contraignant à abandonner prématurément l’école ;
  • en les obligeant à accumuler des activités scolaires et professionnelles excessivement longues et trop pénibles pour eux.
  • Dans ses formes les plus extrêmes, le travail des enfants concerne les enfants réduits en esclavage, séparés de leur famille, exposés à des risques et des maladies graves, et/ou livrés à eux-mêmes dans les rues des grandes agglomérations, souvent dès leur plus jeune âge.
  • Que cette forme particulière de travail rentre ou non dans la dénomination « travail des enfants » dépend de l’âge de l’enfant, la nature des travaux exécutés, les conditions dans lesquelles ils s’exercent et les objectifs poursuivis par chaque pays. La réponse varie d’un pays à l’autre et d’un secteur économique à l’autre.

Les pires formes du travail des enfants

Alors que le travail des enfants prend de nombreuses formes différentes, la priorité est donnée à l’élimination immédiate des pires formes de travail des enfants, telles que définies par l’article 3 de la convention nº 182 de l’OIT :

a) toutes les formes d’esclavage ou pratiques analogues, telles que la vente et la traite des enfants, la servitude pour dettes et le servage ainsi que le travail forcé ou obligatoire, y compris le recrutement forcé ou obligatoire des enfants en vue de leur utilisation dans des conflits armés ;

b) l’utilisation, le recrutement ou l’offre d’un enfant à des fins de prostitution, de production de matériel pornographique ou de spectacles pornographiques ;

c) l’utilisation, le recrutement ou l’offre d’un enfant aux fins d’activités illicites, notamment pour la production et le trafic de stupéfiants, tels que les définissent les conventions internationales pertinentes ;

d) les travaux qui, par leur nature ou les conditions dans lesquelles ils s’exercent, sont susceptibles de nuire à la santé, à la sécurité ou à la moralité de l’enfant.

Le travail qui met en danger le développement physique, mental ou bien-être moral de l’enfant, soit par sa nature ou par les conditions dans lesquelles il est effectué, est dénommé « travail dangereux ».

Travail des enfants par secteur d’activité économique (5-17 ans)




Le secteur de l’agriculture comprend les activités dans l’agriculture, la chasse, la sylviculture et la pêche.

Le secteur de l’industrie inclut les mines et carrières, la fabrication, le bâtiment et les services publics (électricité, gaz et eau).

Le secteur des services est composé par le commerce de gros et de détail, les restaurants et hôtels, le transport, l’entreposage et les communications, les services financiers, d’assurance, immobiliers et aux entreprises, ainsi que les services à la communauté et les services sociaux aux personnes.

La situation dans le monde

Les nouvelles estimations mondiales présentées dans le Rapport global 2010 du BIT montrent une image diverse, suggérant quelques progrès, mais aussi des raisons de se préoccuper. Le travail des enfants a continué à diminuer, mais plus faiblement.

Il y a encore 215 millions d’enfants – soit un sur sept – qui travaillent, contre 222 millions en 2006 ; 115 millions de ces enfants sont astreints à des travaux dangereux.

Du côté positif :

  • Le travail des enfants a diminué de 10 % dans la catégorie des enfants de 5-14 ans.
  • Le nombre d’enfants de la même tranche d’âge effectuant des travaux dangereux est tombé à 31 %.
  • Parmi les filles, le travail des enfants a aussi baissé de 15 %. Toutefois, les progrès ont globalement ralenti.

Cependant :

  • On constate également une augmentation alarmante de 20 % chez les 15-17 ans, qui touche donc essentiellement les enfants ayant atteint l’âge légal d’admission à l’emploi mais qui travaillent dans des conditions dangereuses dans les pires formes de travail des enfants.
  • La plupart des enfants de 5-17 ans continuent à travailler dans l’agriculture (60 %), contre 26 % dans les services et 7 % dans l’industrie.
  • Seulement un enfant sur cinq qui travaille est rémunéré.
  • La majorité d’entre eux sont des employés domestiques non rémunérés.
  • Les régions Asie-Pacifique, Amérique latine et Caraïbes enregistrent une régression concernant les enfants de 5-14 ans économiquement actifs.
  • En Afrique subsaharienne un enfant sur quatre, âgé de 5-17 ans, travaille contre près de un enfant sur huit dans la région Asie-Pacifique et un enfant sur dix dans la région Amérique latine et Caraïbes.

Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI)

L’Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI), est un regroupement de 65 organisations québécoise qui œuvrent, à l’étranger et au Québec, pour un développement durable et humain.

1001, rue Sherbrooke Est, bureau 540
Montréal (Québec) H2L 1L3 CA
514 871-1086
SpacerQui fait quoi en solidarité internationaleRessourcesEmplois et bénévolatÉgalité entre les femmes et les hommesConcertation pour Haïti (CPH)Espace jeunesse Blogue Un seul monde Repères - 40 ans de solidarité